Comment ouvrir son salon de coiffure en Belgique ?

Coiffure : Un métier qui a du style

Le coiffeur soigne les cheveux de clients féminins et/ou masculins ainsi que des enfants. Il lave les cheveux, les coupe, les colore et les mets en forme selon les désirs du client. Pendant la coiffure, il donne également des conseils concernant lessoins du cuir chevelu et la pose et l’entretien de rajouts capillaires. Certains vont même à raser des barbes et couper les moustaches.

Il ou elle gère son propre salon de coiffure ou est responsable du bon fonctionnement et de l’organisation d’un salon de coiffure franchisé. Dans le cadre d’une franchise, il emploi toujours du personnel. Dans le cadre d’un salon de coiffure indépendant, il peut travailler seul.

Le secteur

Lenombre d’offres d’emploi reçues par le Forem pour le métier de coiffeur reste très important et il n’est pas facile d’arriver à les remplir avec de bons candidats. C’est souvent le temps partiel qui est le régime de travail proposé par les employeurs. Plus d’un poste vacant proposé sur deux concerne un emploi à durée déterminée.

Cela fait quelque temps que l’on est confronté à cette pénurie de bons coiffeurs. La cause ne se trouve pas dans le nombre de coiffeurs sortant des écoles et des formations, mais à un manque de qualité de formation. Les conditions de travail (travail du samedi et la charge physique) effrayent plus d’un candidat.

Le nombre de salons de coiffure étant fort élevé, la concurrence y est très importante.

 

Conditions d’exploitation

Chaque personne physique ou morale qui veut ouvrir un salon de coiffure doit s’inscrire auprès d’un guichet d’entreprises agrée dans la banque carrefour des entreprises. Il faut bien entendu être en mesure de prouver des connaissances de base en gestion, justifiées par un diplôme ou par une expérience pratique.

Pour exercer le métier de coiffeur il faut également démontrer ses compétences professionnelles. La compétence professionnelle peut être obtenue par un diplôme dans l’enseignement journalier ou du soir ou par un contrat d’apprentissage. Depuis 2007 il ne faut que 2 ans d’expérience professionnelle à temps plein ou 3 ans à temps partiel.

Les coiffeurs sont susceptibles de payer des licences obligatoires: si vous souhaiter agrémenter votre salon de coiffure avec de la musique vous devez vous mettre en règle avec la SABAM. Une licence spécifique peut être nécessaire si votre activité est néfaste pour l’environnement.

Eléments financiers

Le nombre de salons de coiffure est en diminution. On pouvait encore en compter 18.000 en Belgique en 2008, depuis lors ce nombre diminue à raison d’une centaine de salons en moins par an. La concurrence accrue y joue un rôle important évidemment, mais également le manque de connaissances en gestion financière.

Equipement

Le goût esthétique et la sensibilité à la mode du coiffeur se reflètent dans l’aménagement de son salon. En plus d’un investissement en outils (ciseaux, peignes, brosses, sèche-cheveux, tondeuses, chaises, miroirs et produits de soin), une grande partie de son budget est consacrée à l’aménagement esthétique de son salon de coiffure.
Surtout les franchises, en pleine expansion ces dernières années, font beaucoup d’efforts pour aménager leurs salons, ce qui oblige les coiffeurs indépendants à suivre pour ce mettre au moins au même niveau.

Bon à savoir

Les coupes de cheveux évoluent en même temps que la mode. Cela oblige le coiffeur à suivre la mode en permanence et à parfaire sa connaissance des dernières tendances. Au niveau des produits et du matériel, il y a également une évolution constante à suivre de près pour rester à la hauteur.

Un coiffeur qui dirige une franchise avec plusieurs employés devra être plus qualifié dans le futur. La différence entre un coiffeur-gérant qui dirige plusieurs employés d’une part ou un coiffeur indépendant d’autre part, devient de plus en plus grande. Le premier devra avoir non seulement des connaissances et aptitudes techniques mais également un talent de gestionnaire ou l’accent sera mis sur ses connaissances sociales et commerciales.

Grace à des accords européens entre associations de coiffeurs, un projet de création d’une formation européenne est en cours de préparation. Cela permettra à des apprentis coiffeurs d’obtenir un certificat européen de coiffure comme preuve de leur maîtrise de compétences établies à échelle européenne.

 

Plus d’info ? N’hésitez pas à cliquer sur le lien direct de cet article.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Enquire now

Give us a call or fill in the form below and we will contact you. We endeavor to answer all inquiries within 24 hours on business days.

Être rappellé

Nous sommes là pour vous aider !
Question! sales@monsiegesocial.be
close-link